Dévoluy - Sous les Rochers de Bure

Suite à ma dernière randonnue écourtée par le mauvais temps, je retente ma chance ce week-end ! Je suis un peu plus en forme que la semaine dernière, mais je me gare un peu plus loin malgré les soubresauts de la voiture qui n'apprécie pas ce mauvais traitement sur une piste forestière pour laquelle elle n'est pas franchement adaptée... Une fois garé, le thermomètre affiche... 12°C !!! Pétard, ça va piquer... Mais en fait non. Je pars donc nu me disant, à juste titre, que la montée allait me réchauffer.

Arrivé au Col de Conode, je décide de ne pas me rhabiller au moment même où j’entends un bruit de moteur un peu plus loin, grrr. C'est donc en pagne que je vais à la rencontre des deux archéologues dont j'avais vu les véhicules la semaine passée et j'entame la discussion pour connaître le but de leurs investigations. Conversation très instructive où je découvre le passé de ce secteur qui fut, jusqu'à la fin du XIXe siècle, exploité essentiellement pour l'agropastoralisme. Malheureusement, l'exploitation intensive qui y régna fut à l'origine du déboisement et de l'érosion excessive qui s'ensuivit. Les terres furent alors rachetées par l’État et le secteur reboisé. Ils m'expliquent qu'en fait, pratiquement rien de ce que l'on voit ici n'est naturel, y compris en profondeur ; ça parait dingue, même si, comme je l'ai déjà souligné auparavant, on sent que certaines forêts ont été fortement exploitées.

Je serais bien resté plus longtemps à les écouter, mais nous avions chacun d'autres impératifs et, me concernant, un peu de courage à trouver compte-tenu de cet avertissement (pour l'anecdote, il est impossible de rester sur les sentiers balisés, aucun ne l'étant) :

Dscf0423

La montée en douceur dans la forêt est, comme je le présentais, bien plus agréable que l'itinéraire de la semaine dernière malgré une petite chute rigolote et sans conséquence. A l'Est, j’analyse la crête que je devrai normalement descendre et, en contrebas, le joli sentier qui devrait me ramener au col que je viens de quitter :

Dscf0425

Le passage délicat du goulet schisteux précédant l'arrivée aux alpages me semble bien plus aisé dans ce sens même s'il nécessite une certaine concentration.

Dscf0426

Petit coucou aux vaches installées à proximité de la Fontaine de Bure avant d'entamer la descente en direction des pierriers situés au pied du Pic de Bure :

Dscf0428p

Toujours pas de balisage, mais le sentier est bien marqué, sauf par endroit où quelques touffes denses de végétation le recouvrent totalement. Après une petite descente, j'entame la traversée de cet impressionnant pierrier constitué de pierres de toutes tailles et entrecoupé de ravines torrentielles relativement profondes (entre 1m50 et 2m00 par endroits). La vue vers l'aval permet de se faire une idée du sentier d'approche, à droite, et de celui qui m'attend, à gauche :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Au dessus de moi surplombent les Rochers de Bure et la Crête de la Plane, séparés par le Pas du Follet et la Crête de Foisse :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

On peut remarquer juste au dessus du Pas du Follet, à droite du Pic de Bure, une face un peu plus claire, vestige d'un impressionnant éboulement qui s'est produit en juin 2014 :

Dscf0435

Traversée effectuée, je poursuis mon périple au dessus de ce qui sera, en aval, le lit du torrent de la Crotte que je devrai normalement traverser au plus bas de cette boucle :

Dscf0468h

J'arrive à un nouveau goulet qui m'offre le spectacle de ces mouflons (que j'avais pris pour de jeunes bouquetins, merci Claude pour la correction) en train de se désaltérer :

Dscf0450

Je reste de longues minutes à les observer béatement, mais pour la suite, c'est moins drôle... Parce que ce goulet est à ce point pourri que le sentier qui le traversait à flan a presque totalement disparu ! Je tente malgré tout une approche, mais le sol se délite petit à petit sous mes pas lourdauds. Beaucoup trop dangereux, je préfère renoncer une fois encore à cette boucle et laisser mouflons et chamois tranquilles dans leur environnement trop hostile pour moi :

Dscf0460

Demi-tour-droite, à la recherche d'un endroit sympa pour déjeuner. Je le trouve juste avant de retraverser le grand pierrier, sur un tronc horizontal, à l'ombre pour ne pas avoir trop chaud. Mais finalement, avec le vent, ce sera au soleil, pour ne pas avoir trop froid, hihi... Et franchement, je ne regrette pas mon choix, tant la vue est belle :

Dscf0477h

J'en profite pour repérer l'itinéraire le plus direct pour la traversée et éviter le léger détour du matin :

Dscf0440p

Du coup, je peux prendre mon temps pour manger et entamer la digestion, tranquillement installé sur une souche, songeant tour à tour à mes compagnons ongulés funambules, ces pierriers et cette montagne issue de fonds marins préhistoriques soulevée de milliers de mètres et qui s'effondre aujourd'hui petit à petit jusqu'à, j'imagine un jour, quasi disparaître. Et ma place dans tout ça où je suis si bien, nu, à ce moment, en cet endroit !

Mais c'est pas le tout, il faut aussi penser au retour :

Dscf0484

A l'approche de la Fontaine de Bure, je suis acceuilli par des vaches dont le regard, que j'interprète curieux, m'amuse :

Dscf0537

Un dernier tour d'horizon. C'est vraiment trop beau !

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Je prends mon temps, flânant presque, croisant quelques marmottes qui me présentent leur profil le plus dodu... En plus, les jambes vont bien et je range même les bâtons pour les derniers kilomètres qui me séparent de la voiture.

Voilà, encore une superbe randonnue qui s'achève après presque 13km, 600m de dénivelée et 5h30 de quasi totale nudité. Vivement la prochaine !

Dscf0539


Dévoluy Randonnue

  • 2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires

  • Claude
    • 1. Claude Le 19/08/2016
    Ce ne sont pas des bouquetins mais des mouflons, ils avaient presque disparus du secteur il y a 4/5 ans , leur population est en train de se reconstituer.
    Bonjour Claude,
    Tellement plus habitué à voir des bouquetins dans la région, je ne me suis même pas posé la question, pensant simplement qu'il s'agissait de jeunes dont les cornes n'étaient pas entièrement formée. Alors un grand merci pour cette précision, je vais de ce pas corriger le texte.
    Franck

Bonjour,

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Française de Naturisme (FFN) : "Le Naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun, qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.