Préalpes de Digne - Montagne de Jouère

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je randonnue chez nos voisins Bas-Alpins sur une montagne qui me fait de l’œil depuis déjà bien longtemps, et plus encore depuis ma sortie à Curbans. La route, très sinueuse, et la piste finale caillouteuse me font arriver plus tard que prévu et je suis surpris par l'environnement que j'imaginais plus ouvert. Du coup, un peu déconcerté, je me gare directement au hameau de Baudinard.

Il est déjà 10h30 lorsque j'entame cette randonnue que je sais longue. La première partie passe par l'extrémité bitumée de la piste et, ayant oublié mon pagne chez moi, c'est en short que j'entame le parcours qui m'offre rapidement une vue sur ce qui m'attend avant le déjeuner :

Dscf0634

Ce bout de route descendant m'amène assez rapidement à une large piste où je peux enfin me mettre nu. Pris dans mon élan, je loupe la bifurcation qui doit m'orienter vers la Crête du Clôt des Martres. Résultat, encore du temps et 800m de perdus avant de (presque) retrouver le sentier qui est tellement mal indiqué que je me fatigue sur une sente parallèle.

Dscf0639

La suite n'est guère mieux avec encore un bon détour que je dois récupérer à grands efforts dans une forte pente herbeuse. À nouveau, le GPS est un précieux allié pour déterminer la meilleure orientation et retrouver le bon sentier. J'ai maintenant beaucoup de retard et m'interroge sur l'opportunité de poursuivre le parcours prévu... Mais le panorama qui s'offre déjà à moi me motive à poursuivre mon ascension :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Encore un léger détour au passage d'une ruine, mais c'est le dernier de la journée (y a des jours, comme ça, où tout ne se passe par pour le mieux) !

Dscf0655

De là, je suis un "sentier" sur quelques centaines de mètres avant de bifurquer directement vers la crête dans des herbes hautes qui, associées à la pente, font bien travailler le cardio... En ligne de mire, j'ai au dessus de moi le sentier des moutons plutôt horizontal que j'ai hâte d'atteindre.

Dscf0656

À l'occasion d'une petite pause, je profite de la vue derrière moi avec des sommets lointains que je connais bien, de la Montagne d'Aujour, du Dévoluy ou encore de Céüse, jusqu'au Champsaur :

Dscf0658

Rhaaa, bonheur, le sentier des moutons me permet de retrouver un bon rythme tout en m'économisant un peu. Je n'ai pas encore atteint la crête mais la vue vers le Nord est déjà très intéressante :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Un enclos m'oblige à retrouver brièvement les herbes hautes avant d'atteindre la Serrière des Cabanes d'où je peux enfin découvrir et admirer le sommet des Monges et sa Crête de Conaples :

Dscf0683p

En avançant sur la crête, j'ai la surprise d’apercevoir, à quelques dizaines de mètres, deux femmes qui viennent dans ma direction. Je renfile tranquillement mon short alors qu'elles m'ont sûrement vue nu. Je les laisse passer lorsque nous nous croisons et nous échangeons un chaleureux bonjour avant de poursuivre chacun de notre côté :

Dscf0692

J'approche maintenant de la Crête du Raus (mais quelle idée de donner plusieurs noms à ce qui n'est finalement qu'une même crête) et je me régale de la vue à 360° que je ne résiste pas à immortaliser :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Hors courtes pauses, ça fait déjà plus de quatres heures que je marche et voici ce qui m'attend :

Dscf0720

Bon, en soit, ce n'est pas si terrible, mais mes jambes commencent à être lourdes et il est grandement temps de faire une pause repas. Je m'installe donc confortablement à l'ombre des derniers sapins avant la montée pour me ressourcer un peu et me délecter du paysage. Au premier plan, tout en bas, le hameau d'où je suis parti et, au fond, le Dévoluy au milieu duquel trône la Montagne d'Aurouze d'où je reçoit un reflet du soleil que j'imagine provenir de l'un des radiotélescopes de l'IRAM :

Dscf0721

Je pourrais rester des heures ici, mais il est déjà 15h30 et je n'ai parcouru qu'un peu plus de la moitié de la distance totale... Je redémarre en douceur et arrive rapidement à la bifurcation qui permet d'atteindre Coste Belle et le sommet des Monges, mais ça, ce sera pour une prochaine fois ! Là, je me contente d’apprécier avec beaucoup de bonheur le chemin déjà parcouru :

Dscf0729

Et à partir de là je bascule sur un autre versant qui va m'offrir de nouveaux paysages :

Dscf0730

Je traverse un beau chaos de rochers calcaires qui me rappelle certains paysages du Vercors avant d'entamer la douce descente vers le Grand Bois du Pradon. Sur sa partie supérieure les arbres, très courbés à leur base, sont superbes. Et l'étrange végétation basse ajoute à cette ambiance particulière qui servirait avantageusement un film d'angoisse. Alors ça peut paraitre étrange, mais je trouve ça superbe ! Malheureusement, le contraste est trop important pour réussir la moindre photo, snirf...

En revanche, vers l'Est, la vue sur les pâturages de Clapouse se prête parfaitement au cliché et donnent eux aussi bien envie d'y randonnuer :

Dscf0733p

Je poursuis mon chemin et rentre dans cette belle forêt d'apparence naturelle (ça faisait longtemps que je n'en avait plus vu). A un moment une odeur que je n'arrive pas à qualifier emplie tout l'atmosphère. Tout ce que je sais, c'est que cette odeur de terre, de moisissures, mêlée à celle des framboisiers, me rappelle de façon quasi euphorique mon enfance. Si ça avait été possible, j'aurais tout fait pour la ramener à la maison...

Depuis le chaos, j'entends en contrebas un important troupeau de mouton et, à son approche, je préfère remettre temporairement le short bien que je ne rencontrerai personne :

Dscf0746

Je poursuis sur le petit sentier qui rejoint une large mais très agréable piste forestière. Chemin faisant, je me régale de dizaines de framboises un peu acides et très juteuses et de quelques fraises des bois. La vue est bouchée par les arbres mais malgré tout belle et le sentier est tellement agréable, à l'ombre avec une douce brise rafraichissante que je me sens partie intégrante de tout mon environnement. Ça, c'est que du bonheur !

J'arrive finalement au Lac des Monges et je remets, toujours très temporairement et toujours aussi inutilement mon short :

Dscf0750

Au bord du lac se trouve un amusant petit gîte ONF :

Dscf0751

Je me laisserais bien tenter par une petite baignade mais le manque de temps et surtout l'importante quantité d'algues me font rapidement oublier cette idée. Il n'en reste pas moins qu'avec ses roselières, c'est un bien joli lac propice à la détente et à la réflexion, voire l'introspection :

Dscf0754

Mais voilà, toutes les meilleurs choses ayant une fin, j'entame maintenant la longue et bien moins drôle descente finale... Raide, caillouteuse, boueuse, glissante et instable, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ! Les articulations souffrent et l'allure baisse ; je me trouve donc comme excuse d'immortaliser le paysage (difficile à contre-jour et en panoramique) pour me reposer de temps en temps :

Dscf0760p

Quelques courts passages sympathiques, néanmoins, qui me permettent de constater que l'heure tourne (oui, je sais, je m'amuse d'un rien, hihi) :

Dscf0767

A l'approche du hameau de départ, la pente se fait légèrement moins raide mais avec la fatigue mes appuis ne sont pas très assurés. Pour me consoler, la vue à ma droite est un vrai livre ouvert de géologie que je ne sais déchiffrer mais dont j’apprécierais les explications d’un spécialiste :

Dscf0769

J'arrive enfin à Baudinard et, tout compte fait, je suis bien heureux de m'y être garé ! Presque 20km (19km si je n'avais pas fait d'erreur de parcours), 1000m de dénivelée en 8h20 dont presque 8h00 nu et le plein de sentiments différents, même si je suis lessivé, je suis vraiment heureux de ma journée !

Une dernière photo sur la piste du retour avant de retrouver la civilisation :

Dscf0773


Randonnue Préalpes de Digne

  • 2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Philippe
    • 1. Philippe Le 23/09/2016
    Bonjour Franck. Je m'appelle Philippe j'habite au sud de Toulouse dans le département de l'Ariège , j'ai remarqué que dans les Hautes-Alpes il y a aussi de joli coin pour faire la randonnue. Je pense que pour 2017 j'irai certainement dans le Vercors. Au plaisir.
    Philippe
    Bonjour Philippe,
    Le Vercors est effectivement un massif propice à la randonnue, notamment la moitié sud moins peuplée et donc moins fréquentée. J'ai en réserve 2-3 anciens compte-rendus de randonnues sur les Hauts-Plateaux et le secteur de la Molière que j'ajouterai peut-être un jour.
    Franck
  • Guy
    • 2. Guy Le 17/09/2016
    Bravo Franck,
    J'avais en projet de faire une semaine de randonnue dans ce massif, et je suis allé à Baudinard pour voir comment c'était.
    Je n'ai pas fait de rando mais les paysages m'ont convaincu de leur intérêt.
    Alors, si un jour tu retournes là, dis-le moi, et peut-être je pourrai venir marcher avec toi. Maintenant que tu connais le parcours, ce serait moins éprouvant.
    Pour une journée c'est loin, mais j'ai aussi la possibilité du camping car et de rester (même seul) pour plusieurs jours.
    Amicalement.
    Guy.
    Merci Guy pour ton commentaire. Je dois bien avouer que l'idée d'y retourner me tente fortement, mais étant un peu refroidi par le sentier entre Baudinard et le lac des Monges, j'envisagerais plutôt un départ d'Esparron-la-Batie (une piste carrossable permettrait même d'approcher le lac). De là, plusieurs itinéraires possibles vers le sommet des Monges, le Col de Clapouse, les Barres de Chine, le sommet de l'Oratoire, etc. Bref, un secteur plutôt intéressant...
    Alors si l'occasion se présente, promis, je pense à toi. D'ici là, il faudrait que la météo se refasse une santé.
    Amitiés, Franck

Bonjour,

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Française de Naturisme (FFN) : "Le Naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun, qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.