Dévoluy - L'Aup

Octobre arrive bientôt à son terme et malgré un bon gros rhum et une sérieuse crise de flémingite, les prévisions météo sont trop favorables pour ne pas en profiter ! J'avais prévu de monter cette année au sommet de la montagne Durbonas (2086m), mais je ne suis pas assez en forme pour ça alors je vise un peu plus bas, juste à son pied. Direction les gorges d'Agnielles, je dépasse la via ferrata, le village abandonné d'Agnielles et poursuis au bout de la piste forestière ouverte. Chemin faisant, le ciel blanc laiteux et la température extérieure descendant jusqu'à 7°C, j'hésite à rebrousser chemin mais je sais que ce ne sera que temporaire.

Une fois garé, le thermomètre de la voiture affiche 12°C et, même à l'ombre, je suis surpris par la douceur qui me permet de ne démarrer qu'avec mon T-shirt. Je passe d'une large piste forestière carrossable à une autre, un peu plus sauvage et agréable. La pente douce me permet rapidement de me mettre dans ma tenue préférée :

1410822

Puis la piste laisse place à un petit sentier mal balisé mais très facile à lire. Dès que la vue s'ouvre un peu, je retrouve le Col de Berthaud, carrefour important de mes pérégrinations autour de Glaise et la montagne allant de Charajaille à Goueyran :

1410825

Vers le sud, on devine en contrebas les gorges d'Agnielles puis la vallée du Buëch qui mène à Aspres-sur-Buëch :

1410827h

Je bascule de versant et retombe sur une piste où je découvre, perplexe, cette catananche bleue. Décidément, la météo est bien étrange cette année...

1410834b

Cette longue piste de la Rouye monte en pente douce et me laisse le temps d'observer les sommets alentours dont le Faucon, marqué par les ravages qu'un incendie lui a fait subir il y a tout juste deux mois.

1410838

A l’approche de l'alpage, la pente s'accentue et je commence à peiner, en plus de nettement baisser une allure jusqu'ici soutenue. Pas grave, c'est l'occasion de se poser deux minutes pour apprécier le paysage et me remémorer toutes mes randos faites dans ce secteur, seul ou avec des amis.

1410841

J'arrive finalement fatigué à mon poste de pic-nique, au sommet de l'Aup :

1410870

Ça ne vaut peut-être pas la vue que j'aurais eu de Durbonas, mais c'est quand même sacrément sympa !

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

La pause est de courte durée car je sais que la fraîcheur et la pénombre arriveront assez tôt. Et puis, découvrant l'itinéraire, je préfère conserver une marge de sécurité en cas d'imprévu.

1410874

Pour l'instant, contrairement à cet arbre qui en a bien souffert, je profite du soleil et de sa chaleur.

1410879

Sur la crête, j’analyse les possibilités que j'avais repérées sur la carte. Descendre dans la combe, sur la droite serait le plus aisé, mais me ferait rentrer trop tôt (bin, oui, je veux en profiter un maximum). Traverser à flan présente peut-être un risque au niveau du passage du pierrier. Ou sinon, monter encore un peu pour passer à la lisière de la forêt, mais la fatigue m'en dissuade quelque peu...

1410880

A la croisée des trois chemins, j'entends froufrouter vers celui du milieu. J'entame une approche discrète et découvre un classique mais néanmoins adorable écureuil roux. Finalement, je me plais à croire que c'est lui qui a décidé pour moi du chemin à prendre. Le sentier dans la forêt est masqué par un épais tapis de feuille mais reste agréable jusqu'au petit pierrier.

1410882

Mais ensuite, les 10-15cm de feuilles transforment la piste en véritable patinoire en plus de dissimuler pierres et branches. Je dois même descendre en crabe sur les pentes ou les dévers les plus importants pour maîtriser les dérapages. Finalement, malgré un peu de temps perdu, je ne m'en sors pas si mal.

1410884

Au croisement d'une belle piste, je préfère abandonner ma patinoire pour la suivre, quitte à marcher plus longtemps. Le sentier est bien plus agréable et la vue dégagée. Et puis ça me permet de retrouver, même pour quelques minutes, les doux rayons du soleil.

1410888

Je suis maintenant bien à l'ombre et force légèrement le pas pour ne pas me refroidir, ce qui n'est pas désagréable.

1410901

Bien qu'en retard, je fais quand même une courte halte au niveau de cet étonnant abri que j'imagine destiné au fourrage.

1410895

Un dernier regard vers le sommet de la Montagne Durbonas...

1410906h

... et les cols de Souchière et de Lauteret, avant d'arriver au parking par une piste que je n'avais pas envisagée initialement mais qui m'a permis de faire l'économie de 1,5km.

1410918h

Initialement prévu pour 13km, mon parcours un peu improvisé sur la dernière partie m'a entraîné sur 17km de bonheur avec 800m de dénivelée. Le tout parcouru en 6h45, quasi intégralement nu, y compris à la douce fraîcheur du soir (11°C).


Dévoluy Randonnue

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Jean-Claude Lhote
    • 1. Jean-Claude Lhote Le 09/11/2017
    Encore un très beau reportage. De magnifiques photos. J'apprécie surtout la vision 360°, c'est génial !
    Bonjour Jean-Claude ,
    Merci pour ton commentaire. C'est vrai que les panos à 360° apportent un plus. Et heureusement, d'ailleurs, parce que ça demande bien plus de travail...
    Franck

Bonjour,

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Française de Naturisme (FFN) : "Le Naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun, qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.