Diois - Les Trois Becs

Aujourd'hui, je vous propose un billet un peu spécial... Déjà parce qu'il s'agit du centième de ce blog (et oui, déjà !) mais aussi parce qu'il narre une randonnue assez exceptionnelle proposée par Les Marcheurs Nus du Val de Roanne (MNVR), dans le cadre de la traversée du GR®9 organisée par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP). Les MNVR étant affiliés à la FFRP, c'est tout naturellement que Bernard, son président, a proposé un très bel itinéraire, emblématique de la région, à l'équipe départementale qui l'a accepté et qui a permis de former un groupe mixte de quinze personnes, hommes et femmes, naturistes et textiles.

Parti tôt de Gap, je rejoins Bernard et Francis (déjà rencontrés à l'occasion du balisage du Jocou) à Montlaur-en-Diois et nous poursuivons ensemble jusqu'à Die où nous embarquons Philippe puis jusqu'à Saillans où nous attend la section Drômoise de la FFRP avec petits pains et café. Je retrouve Jacques-Marie que je connais bien et fais la connaissance d'autres randonneurs dont certains feront partie de l'équipe randonnue quand d'autres iront sur des itinéraires qui leur conviennent mieux.

Après avoir ingurgité quelques calories pour les efforts à venir, nous reprenons la route direction le col de la Chaudière où nous nous garons sur un parking déjà bien rempli... D'autres participants nous rejoignent ici dont trois charmants textiles pour qui notre tenue importe peu. Excellent état d'esprit où seul le partage d'un intérêt commun suffit à nous rassembler. Nous sommes quinze sur le parking, prêts à en découdre avec cette belle montagne et quelques dizaines de mètres de sentier seulement suffiront, à ceux qui les jugent inutiles, pour retirer leurs vêtements.

P1000609

De ce que je comprends, les sentiers sont réhabilités depuis quelques années pour faciliter la progression, améliorer la sécurité et réduire l'impact de l'érosion due aux marcheurs. Nous croisons d'ailleurs des agents du Conseil Départemental qui travaillent à stabiliser la pente avec de grosses pierres. Nous nous couvrons plus ou moins pour éviter de trop les surprendre, par notre tenue naturelle...

La pente est à ce point raide que nous ne marchons pratiquement que sur de grosses pierres qui forment des escaliers "sauvages". Bernard, sentant des disparités dans la forme physique des participants, propose que nous formions deux groupes : le premier, constitué de neuf personnes s'orientant vers les crêtes pour faire les trois sommets des Trois Becs et l'autre prenant un itinéraire un peu moins physique. C'est René, fort sympathique textile et fin connaisseur de la région qui prend la tête du groupe pendant que nous laissons nos six compagnons derrière nous.

P1000622

La première partie de la première montée achevée, nous nous accordons une petite pause topo et désaltération au Pas de Siara :

P1000625

Malgré une grosse contracture musculaire au niveau de la clavicule droite, j'ai la forme. Les jambes vont bien et j'avale avec plaisir le dénivelé.

P1000629

Nous avons déjà pas mal d'avance lorsque nous voyons arriver au Pas de Siara Bernard et seulement deux de nos compagnons. Que sont devenus les autres ? Pas d'inquiétude particulière, Francis faisant partie des absents, j'imagine qu'il doit bien gérer le deuxième trinôme.

P1000631

La météo prévoyait initialement grand soleil et forte chaleur, mais finalement nous avons la chance d'avoir quelques nuages et même une belle brise agréablement rafraîchissante. Malgré cela, les quelques passages sous les arbres sont bien appréciés !

P1000638

A l'approche du sommet du Veyou (le premier "Bec"), le sentier est pointillé de gros sacs héliportés contenant les pierres qui serviront, ici aussi, à délimiter et stabiliser le sentier :

P1000675

Arrivé parmi les premiers, je profite que nous ne soyons pas encore trop nombreux pour me lancer dans un panoramique. Compte-tenu du voile atmosphérique, le résultat n'est pas exceptionnel, mais une telle vue, ça ne peut pas se louper ! Par chance, pour nos yeux, le spectacle est grandiose et je reconnais bien mon terrain de jeu Dévoluard au fond, à l'Est :

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Le couple déjà présent au sommet ne semble pas gêné outre mesure. Nous le dépasserons d'ailleurs à plusieurs reprises dans la journée. Les habitués des petites pauses gourmandes en profitent pour se restaurer...

P1000678

... tandis que moi, je suis beaucoup plus attiré par la vue sur cet extraordinaire synclinal perché de la forêt de Saoû. Côté Ouest, avec cette brèche ressemblant à une clue vue d'ici, où coule le torrent de la Vèbre, ce paysage est tout à fait remarquable !

P1000682

Mais ne perdons pas trop de temps car, qui dit trois sommets, dit autant de descentes et de montées...

P1000686

Cette première descente nous offre un beau point de vue tout en contrastes sur la falaise du Veyou percée de quelques grottes :

P1000688

Les nuages jouent aussi sur le paysage, apportant d'énigmatiques clairs-obscurs :

P1000691

D'ici, on mesure bien le chemin parcouru depuis le Veyou

P1000692

Et nous voici maintenant sur le deuxième "Bec", Le Signal. Au fond, le troisième : Roche Courbe.

P1000699

Quel environnement superbe ! Un régal pour les yeux !

P1000696

A Nord-Est se détache le point culminant du Vercors, le Grand Veymont, avec sur sa droite la pointe reconnaissable du Mont-Aiguille :

P1000712

L'heure du déjeuner étant arrivée, nous nous écartons légèrement du sentier pour nous installer confortablement et reprendre des forces. Fidèle à ses habitudes, Jacques-Marie partage avec l'ensemble du groupe une bouteille de vin montée pour l'occasion, le vin local blanc, doux, pétillant et fruité : la clairette-de-Die.

P1000714

Les jambes reposées et l'estomac rempli, c'est reparti pour notre dernier sommet :

P1000719

Le Passage de Picourère, en tête de talweg, offre un promontoire propice à la photo :

P1000723

Derrière nous, vue sur le Signal et le Veyou :

P1000731

Le sommet de Roche Courbe permet de contempler la vallée de la Drôme ainsi qu'une bonne partie des Hauts-Plateaux du Vercors. Je retrouve notamment sur la droite le Glandasse sur lequel j'ai eu le bonheur de faire une magnifique randonnue il y a bientôt onze ans.

P1000733

Autre point de vue sur le synclinal :

P1000734

Cette fois-ci, c'en est (presque) fini des montées...

P1000737

Pour retrouver notre itinéraire de montée initial, René nous recommande de couper au plus court, au pied des trois sommets plutôt que de s'enfoncer dans la forêt qui n'offre guère de point de vue intéressant.

P1000740

Une première petite boucle nous ramène ainsi au Passage de Picourère :

P1000750

Mais même sans remonter jusqu'au Signal, nous retrouvons quelques marches à grimper.

P1000758

Fin de la deuxième boucle avant le Veyou, nous nous dirigeons vers le petit bois traversé en partie ce matin :

P1000763

Je trouve qu'il y règne une merveilleuse ambiance. Bien aéré avec de très beaux arbres, je m'y sent vraiment serein.

P1000770

Sans parler du sentier, tout doux, un plaisir à arpenter.

P1000772

Ça y est, nous avons rejoint notre sentier de montée qui, maintenant, nous présente un exercice bien différent : moins cardio, il est plus traumatisant pour les articulations. Mes nouvelles chaussures sont ici, et pour le reste de la rando, une aubaine !

P1000780

Nous ne les apercevrons que dans quelques minutes, Bernard et ses deux acolytes sont sur le sentier en contrebas de Roche Rousse :

P1000787

Et nous nous rejoignons pratiquement au même moment au Pas de Siara, timing parfait. Quelle maîtrise de l'organisation il a, ce Bernard !

P1000798

C'est donc à douze que nous redescendons dans les grandes marches, jusqu'au "gros cairn" où notre maître de cérémonie débouche une autre bonne bouteille de clairette partagée avec tous les valeureux participants :

P1000813

Un peu plus bas, nous retrouvons Francis et ses deux compagnons d'infortune dont la forme physique n'a pas permis de profiter des merveilleux paysages que nous venons de traverser. Il faut dire que, sans entraînement, les fortes pentes et la nature même du terrain sont plutôt exigeants. Nous aurons ainsi parcouru 9,5 km avec 870 m de dénivelée en 5h00, quasi intégralement nus, chose inimaginable sans la présence du groupe compte-tenu de la fréquentation du site.

Nous nous rhabillons à quelques mètres du parking, saluons nos amis textiles qui doivent reprendre la route avant que nous-même retournions à Saillans pour assister au tirage de la tombola et échanger avec les participants des autres sorties de la journée. A notre arrivée, nous profitons de quelques minutes d'avance pour nous rafraîchir à l'abri des regards dans la Drôme. Trop frileux et craignant pour ma contracture musculaire, je n'ose m'y jeter complètement mais j'envie les plus téméraires.

Bernard, en tant que président de l'association des Marcheurs Nus du Val de Roanne, assure son rôle de promoteur de notre art de vivre et de notre passion pour la randonnue, dans l'espoir de faire naître quelques intérêts ou vocations. En tout cas, je ressens beaucoup de bienveillance à notre égard de la part de nos interlocuteurs alors peut-être certains se laisseront-ils un jour tenter par l'aventure...

L'heure avançant, il est maintenant temps de s'en retourner vers nos contrées. De retour à Montlaur, Francis repart vers ses Alpes-de-Haute-Provence tandis que je continue à discuter avec Bernard, regrettant la distance qui nous sépare et qui m’empêche de participer à ses excursions naturistes. Nous essaierons néanmoins de nous retrouver de temps en temps à la limite de nos deux départements. En tout cas, un grand merci à toi, Bernard, pour ton invitation et pour tout ce que tu fais, notamment sur l'acceptation d'une association naturiste au sein de la FFRP.

Et pour ceux qui ont eu le courage de lire jusqu'ici, je vous invite à poursuivre votre lecture avec les compte-rendus de Jacques-Marie et de Bernard et apprécier leur regard photographique.


Diois Randonnue

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Olivier
    • 1. Olivier Le 25/06/2019
    Superbes photos et excellent compte rendu ! Bravo à tous ! J'aurai dû être des vôtres, mais un changement dans les "programmes familiaux" n'a pas rendu la chose possible. Ce sera pour une prochaine fois. En toute honnêteté, malgré mon entrainement régulier en piscine (je suis plongeur)...je ne sais pas si j'aurais pu suivre le rythme de baroudeur des randos. Difficile à dire sans y être.
    Au plaisir de pouvoir prendre part à une prochaine sortie.
    Olivier
  • Dubois Francis
    • 2. Dubois Francis Le 24/06/2019
    Merci pour ce beau compte-rendu.
    Et encore bravo pour ces randonnues... mixtes. En plus dans un décor de rêve.
  • Jac
    • 3. Jac Le 24/06/2019
    Salut Franck,

    Encore une fois Bravo pour ton compte rendu très agréable à lire et gratifiant pour notre activité favorite !!
    Il "donne envie" de participer et Bravo à Bernard pour l'organisation de ce type de sortie mixte, je crois beaucoup à l'avenir de ce partage entre "randonneurs" plutôt qu'au "cloisonnement" textile d'un coté et naturiste de l'autre.

    A bientôt je l'espère !
    Jac (de Chambéry)
  • Bernard DATO-ACTIS
    Bonjour Franck,
    Très beau compte-rendu qui nous fait vivre au plus près cette randonnée exceptionnelle, tant pour son caractère particulier de la randonue que par la beauté d'un paysage exceptionnel. Bon randonneur et fin connaisseur du milieu montagnard, tu as l'art de nous faire partager, par tes récits et particulièrement celui-ci, par tes superbes photos dont un panoramique, ces émotions qui viennent du plus profond de notre être.
    Merci pour ta présence parmi nous malgré les kilomètres qui nous séparent, et merci à tout le groupe pour le partage entre naturistes et textiles pour cette manifestation qui n'aurait pu être sans l'initiative de tous les bénévoles du Comité FFRandonnée Drôme.
    Bernard.
  • Jean-Claude Lhote
    • 5. Jean-Claude Lhote Le 22/06/2019
    Comme toujours, on se délecte des photos et des commentaires. Merci pour ce partage, et je l'espère à bientôt pour une nouvelle rencontre.
    J-C
  • Natfree
    Superbes photos qui montrent bien cette très belle région que nous découvrons aussi lors des randos de l'association les Marcheurs Nus du Val de Roanne. La Drôme est particulièrement propice pour faire des randonues. Bravo pour cette belle initiative d'avoir participé à l’événement qui contribue à faire découvrir le naturisme aux autres randonneurs.
  • Marc
    • 7. Marc Le 22/06/2019
    Merci pour ces magnifiques photos, compte-rendu et ode au respect mutuel. Preuve de plus, s'il en est besoin, que cet art de randonner nu est sain et naturel, et qu'il en faudrait peu pour qu'il soit complètement accepté de façon plus global. Au plaisir de randonner un jour ensemble.
    Bonjour Marc,
    Merci pour les compliments. Si un jour la découverte des Hautes-Alpes te tente, n'hésite pas à me faire signe, ce sera un plaisir de t'accompagner sur nos sentiers.
    Franck

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Naturiste Internationale (INF-FNI) : "Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l'environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.