Dévoluy - Col de Rabou

  • Le 20/03/2023
  • Dans 2023
  • 0 commentaire

Depuis quelques années, fin mars est devenu synonyme de semaine "raquettenue". Par chance, le séjour organisé par l'association RSVNat se déroule non loin de chez moi dans le Dévoluy, ce qui me permet de pouvoir participer à quelques sorties malgré mes contraintes professionnelles.

Ma première virée avec le groupe ne m'est pas inconnue puisque je l'ai effectuée quasi à l'identique mi-décembre. Rendez-vous est fixé à proximité de la via ferrata des Étroits où je retrouve des têtes bien connues et fais la connaissance de participants que je n'ai pas encore eu le plaisir de rencontrer.

Après avoir garé les voitures au Pont du Villard, nous progressons sur la route forestière du Bois Rond jusqu'à la fontaine d'Hurtillier après laquelle nous bifurquons sur une sentier plus intimiste. Entre la température bien fraîche et la canopée qui masque le soleil, seuls les plus aguerris ont osé enfiler leur tenue de peau :

DSC05251

La traversée de grandes plaques de neige demande un minimum d'attention, mais ce n'est qu'après avoir atteint la route forestière de la Cabane de l'Avalanche que nous décidons, tout à la fois, de nous dénuder à la faveur d'un soleil généreux, et d'enfiler les raquettes à neige pour ceux qui préfèrent les avoir aux pieds plutôt que sur le dos :

DSC05256

Bien qu'il reste une couche nuageuse éparse, nous sommes bien favorisés dans notre écrin illuminé.

DSC05259

Compte-tenu du faible enneigement durant l'hiver, nous naviguons dans certaines zones entre neige et terre :

DSC05262

Par chance, nous évoluons sur un versant Nord qui a pu conserver une couche de neige suffisante pour que la progression en raquettes ne soit pas trop désagréable.

DSC05264

Nous nous accordons régulièrement de petites pauses pour permettre à ceux qui privilégient un rythme tranquille de rattraper les plus pressés !

DSC05278

C'est aussi l'occasion de prendre un petit encas ou d'ajuster sa tenue en fonction de son ressenti, entre l'effort et la température ambiante.

DSC05281

Après avoir dépassé la bergerie des Bruyères, nous n'avons plus qu'un immense champs de neige devant nous à franchir pour atteindre le col de Rabou.

DSC05287

Assez loin derrière nous, Yannick suit nos traces à son rythme, comme lors de notre séjour dans le Queyras en septembre dernier :

DSC05291

Compte-tenu de la couche de neige et du relief, nous ne suivons pas exactement la trace du sentier estival, ce qui nous oblige à franchir quelques lapiaz en faisant attention à bien placer nos pas.

DSC05292

Malgré tout, Jean-Paul chute dans un trou de neige, par chance sans gravité, mais il est quand même bien éraflé !

DSC05302

Nous rejoignons finalement le tracé qui longe la ligne électrique.

DSC05303

À mon tour, j'ai aussi une jambe qui traverse totalement un pont de neige ! Par chance, je n'ai aucun bobo et Jacques-Marie m'aide à sortir de ce mauvais pas !

DSC05306

Nous nous écartons alors légèrement du lit du torrent de la Souloise et poursuivons notre montée jusqu'au col maintenant tout proche.

DSC05316

Notre but atteint, je m'empresse de photographier le vallon du Petit Buëch avant que les nuages ne nous absorbent...

DSC05320

Derrière nous, ils ont eu raison de notre astre et de la vue, d'une manière générale !

DSC05326

En décembre, bien que n'ayant pu me déshabiller pour cause de froid intense, j'avais pu profiter d'un ciel extrêmement clément pour pousser la balade jusqu'à l'éperon situé au-delà des antennes qui surplombent le col. Dans un premier temps, j'ai pu profiter d'un point de vue exceptionnel : 

Ce contenu requiert HTML5/CSS3, WebGL, ou Adobe Flash Player version 9 ou supérieure.

Mais bien mieux encore, j'ai eu le privilège d'être observé de très près par un rapace que je n'ai su reconnaître dans un premier temps :

P1168372

Ce n'est qu'en observant mes photos sur ordinateur que l'identification est devenue évidente, il s'agissait d'un gypaète barbu juvénile reconnaissable à ses "moustaches" et à la coloration de son plumage.

P1168377

Mais pour l'heure (celle de déjeuner, qui plus est), il nous faut tout à la fois nous recouvrir pour nous protéger du vent qui souffle fort dans le couloir du col et trouver un endroit abrité pour nous restaurer. Nous finissons par nous poser dans un creux vaguement protégé, le temps d'avaler un frugal repas. Ça laisse toutefois le temps à Yannick de nous rattraper en coupant court et raide avant le col.

DSC05332

Le pauvre a à peine le temps d'avaler une bricole que nous repartons avec entrain sur le chemin du retour. Exposé Ouest, il ne reste plus beaucoup de neige alors les raquettes finiront le trajet sur les sacs à dos.

DSC05337

Par chance, le vent faiblit au fur et à mesure que nous nous éloignons du col et nous retrouvons assez rapidement le soleil qui nous permet de nous réchauffer et nous gratifie d'un point de vue magnifique sur le paysage :

DSC05346

Au centre de la Montagne d'Aurouze, nous pouvons apercevoir la gare de téléphérique et l'extrémité des antennes de l'observatoire NOEMA :

DSC05354

La vue est vraiment magnifique et nous permet de nous remémorer, avec Jacques-Marie et Patricia, notre randonnue sur la Crête de la Plane, peu de temps après avoir mon emménagement à Gap avec ma petite famille.

DSC05356

Chemin faisant, j'aperçois une petite bestiole blanche traverser la route forestière et se faufiler dans les rochers en contrebas. De toute évidence, il s'agit d'une hermine dans son manteau d'hiver que, bien difficilement, j'arrive à immortaliser dans un unique cliché :

DSC05361u

Quelques frileux conservent leurs vêtements, mais pour une fois, je n'en fais pas partie et profite pleinement des rayons du soleil, au point de commencer à rougir !

DSC05363

Lorsque l'on me demande pourquoi j'aime la randonnée, j'explique qu'en tant que contemplatif je me régale du renouvellement continuel des points de vue tout au long du trajet. Cette photo en est un bon exemple en comparaison de l'autre cliché plus haut : on peut maintenant observer la montée le long de Corne, avant d'atteindre Denflairar puis la Combe Ratin qui débouche sur le Plateau de Bure. En regardant attentivement, on voit même les traces des skieurs de randonnée qui ont dû se régaler dans cette magistrale descente !

DSC05364

Bien plus près de nous, à nos pieds, commencent à apparaître les premières fleurs à l'image de ces tussilages :

DSC05366

Encore une vue en direction du plateau de Bure afin de tenter d'évaluer la complexité que représenterait le tour de Corne. En été, la montée par la gauche étant plutôt raide, je crains que cela soit risqué pour le groupe. Il resterait bien la montée par la droite sous le téléphérique, mais en aller-retour uniquement. Finalement, nous ne retiendrons pas ce point de chute.

DSC05368

En décembre, j'avais trouvé très long le retour jusqu'à la voiture. Mais aujourd'hui, sans doute du fait d'être accompagné et de jacasser continuellement avec les uns et les autres, j'ai trouvé cette dernière partie particulièrement agréable. À moins que ce ne soit le fait d'être nu et de profiter davantage des bienfaits de notre Nature…

DSC05371

Hormis la période passée à proximité du Col de Rabou, nous avons eu la chance d'avoir des conditions quasi idéales pour pratiquer la raquettenue. Nous aurons ainsi parcouru environ 12km avec 580m de dénivelée en 6h30 (compter un surplus de 2 km et 80m D+ pour l'aller-retour à l'éperon au-delà des antennes). Comme toujours, ce fut un superbe moment d'échange et de partage avec tous les membres du groupe qu'il me tarde de retrouver après-demain !

Dans l'espoir de réaliser de plus belle photos, j'ai emprunté l'appareil de mon épouse. Ce fut aussi l'occasion de m'essayer à la vidéo. Le résultat n'est pas à la hauteur de mes attentes, mais ça m'a permis de confirmer les difficultés techniques auxquelles je m'attendais et de mesurer la difficulté de composer avec un groupe en mouvement, surtout lorsque ses propres mouvements sont limités par les contraintes du terrain. Bref, je ne suis pas vraiment mécontent du résultat, compte-tenu de mon inexpérience, mais je crains qu'il ne soit difficile d'obtenir un résultat satisfaisant dans ce telles conditions. Quoi qu'il en soit, voici ce que ça donne :


Raquettenue Dévoluy RSVNat

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Naturiste Internationale (INF-FNI) : "Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l'environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.