Préalpes de Digne - Rabanu

Youpi, aujourd'hui je ne randonnue pas seul ! Contacté il y a quelques jours par Vincent, en provenance directe des Caraïbes et passant ses vacances dans les Alpes-de-Haute-Provence, j'ai essayé de trouver un parcours sympa à mi-chemin de nos lieux de résidence. L'an passé, j'avais découvert une petite partie de la Montagne de Jouère et j'avais remarqué un autre secteur qui, vu de loin, pourrait convenir à nos pérégrinations. Un ami m'a d’ailleurs confirmé que je risquais de ne pas y croiser grand monde. Parfait !

Nous nous retrouvons donc vers 9h00 à l'entrée du village de Barles sous une grisaille et une fraîcheur inhabituelles en cette saison. La température ne doit pas dépasser les 12°C et nous conservons short et T-shirt dans un premier temps. La première partie, relativement plane, longe le large lit du petit torrent de la Descoure :

1410175

Je m'inquiète un peu pour la qualité des photos, ô combien difficiles à prendre avec de si gros contrastes, mais surtout sur notre capacité à supporter ces conditions météo sur les parties plus hautes, actuellement dans les nuages. Bien que nous soyons déjà nus, serons-nous toujours en capacité de l'être là-haut ?

1410177

Tous deux bons bavards, notre intéressante conversation me fait oublier que nous avançons à bon train et je loupe la traversée du torrent. Nous nous rhabillons brièvement lorsqu'un 4x4 arrive derrière nous et j'en profite pour ré-étudier la carte et corriger le tir. Vincent, parti en éclaireur dans la mauvaise direction, me rattrape rapidement et nous n'aurons finalement perdu que quelques minutes.

1410178

Nous passons à côté d'une petite exploitation agricole et poursuivons maintenant sur un sentier bien balisé qui nous fait traverser le torrent à plusieurs reprises.

1410181

La conversation, toujours aussi prenante, ne s’essouffle qu'à cause de la pente qui, elle même nous essouffle passablement... Enfin, surtout moi ! Alors je prends prétexte de photographier la vue derrière nous pour reprendre haleine et répondre, hihi !

1410182h

Nous observons autour de nous les différentes "cabanes". Ici, sur notre droite, le refuge du Seignas :

1410190

Ou là, face à nous, un abris de berger :

1410191

Oui, bon, c'est pas le grand luxe non plus, hein...

1410194

Plus que quelques dizaines de mètres dans les "terres noires" (ou roubines, comme on dit dans les Alpes du Sud) et nous voici au Col de Clapouse. L'occasion d'apprécier le chemin parcouru :

1410197

Et de l'autre côté du col, nous apercevons par moment, à la faveur d'une trouée dans les nuages, le sommet des Monges avec son étrange brèche. Je retrouve également la cabane de Clapouse que j'avais photographiée l'année dernière depuis la crête nous faisant face :

1410199

Pour mémoire, ça ressemblait à ça (aujourd'hui, nous sommes au niveau du col, en face, au dessus de la cabane) :

Dscf0733p

Nous continuons à monter et approchons, voire touchons les nuages. Par chance, l'effort nous permet de conserver notre chaleur bien que la température ne doive pas dépasser les 8°C, et peut-être même moins en température ressentie !

1410203

Ce n'est qu'en arrivant à la Croix de Veyre que l'horizon se dégage et nous permet d'apprécier les sommets environnants :

1410206

Nous approchons de notre but, le bien nommé sommet de Rabanu ! Maheureusement, un groupe y est installé et nous observe. Je les entends même demander si nous sommes "à poil". Du coup, pas le choix, il nous faut absolument prendre contact avec ces hominidés, tout aussi poilus que nous, mais semble-t-il moins nus...

1410214

Chemin faisant, Vincent me signale ces beaux edelweiss :

1410215

Pour ne pas choquer davantage nos amis randonneurs, nous avons renfilé le short ou le paréo et nous discutons quelques minutes de nos itinéraires. Je profite de leur étonnement à nous voir si facilement supporter le froid pour leur signaler qu'ils seraient surpris de leur propre résistance s'ils tentaient l'expérience...

Malheureusement, leur présence au sommet nous a privé de quelques photos, mais une centaine de mètres plus loin, nous retrouvons notre tenue la plus adaptée et découvrons les impressionnants pâturages de Chine :

1410218

Nous nous aventurons alors, hors sentiers, le long des Barres de Chine jusqu'à arriver à une crête qui, je l'espère, nous permettra de rejoindre les pâturages situés à l'étage inférieur. Ça semble largement faisable et nous en profitons pour faire une petite pause collation. Mais compte-tenu de la fraîcheur, je préfère renfiler mon T-shirt que je ne garderais pas bien longtemps, l'effort de la descente le rendant vite inutile.

1410219p

Nous approchons de la cabane des Prés avec, en arrière plan les superbes Cloches de Barles. De la cabane, nous devons reprendre la piste sur la gauche, mais c'est sans compter sur les gardiens du troupeau de moutons. Nous sommes rapidement entourés de quatre chiens de races différentes qui ne semblent pas décidés à nous laisser passer. On essaie de faire copain-copain, mais leurs aboiements sont sans équivoque. Parmi eux, un berger australien assez fourbe ne l'entend vraiment pas de cette oreille et m'assène un bon coup de griffe sur le mollet ! Vincent nous oriente alors à travers champs au dessus de la cabane et les chiens finissent par s'éloigner. Je reste néanmoins "surpris" que les bergers n'aient pas daigné se déplacer pour savoir si tout se passait bien pour nous !

1410237

Cette petite mésaventure passée, nous retrouvons la piste un peu plus loin mais nous lui préférons les petits chemins de traverse. Alors que nous échangeons sur une randonnue passée au Pic de Morgon, Vincent s'essaie même à la marche pieds nus sur une portion un peu plus herbeuse. Mais entre cailloux et végétation agressive, l'expérience ne dure que quelques minutes. Au moins, est-il plus courageux que moi !

1410239

Sous la crête de Blayeul, nous retrouvons la vallée du Bès avec, sur la droite, la Clue de Barles :

1410243

A 14h30, il est grandement temps d'attaquer le casse-croûte. Par chance, l'endroit choisi nous offre cette vue sur les Cloches de Barles qui, dès le début, m'ont tapé dans l’œil. Et avec le l'arrivée du soleil, elles n'en sont que plus belles encore :

1410248h

Au risque de me répéter, c'est quand même super beau, là-bas aussi !

1410260

A mesure que nous nous rapprochons de la civilisation, nous retrouvons de beaux champs, ici surmontés des Barres de Chine sur lesquelles nous étions il y a peu :

1410258

Toutes les meilleurs choses ayant une fin, notre sentier fait maintenant place au bitume, et donc notre chère nudité au short ! Bien trop tôt à notre goût, Vincent, un peu plus téméraire que moi, décide de couper à travers champs et nous reprenons avec joie notre tenue de peau.

1410266

C'est aussi l'occasion de poser devant ce vieux pickup abandonné :

1410264

Nous slalomons et avançons à l'estime vers notre parking. Pas de sentier, c'est parfois un peu escarpé, il faut se faufiler entre les branches comme des gosses, mais on fini par retrouver notre sentier de départ puis les voitures.

1410269

Comme il est encore assez tôt, nous allons nous désaltérer au bistrot du village. Merci pour la bière, elle avait cette saveur particulière des très bonnes journées.

Mais il est toujours trop tôt ! Et comme je prévois de rentrer par la route de Digne-les-Bains pour découvrir la Clue de Barles que je ne connais pas encore, Vincent me propose de m'accompagner et d'en profiter pour se rafraichir un peu dans la Bès. La clue est vraiment magnifique et mérite bien sa réputation :

1410277h

Un peu plus loin, en contrebas, nous trouvons un bon trou d'eau parfaitement adapté à la trempette. Et compte-tenu de la température de l'eau, ce ne sera pas plus qu'une trempette pour moi, incapable de rentrer dans l'eau au delà de la taille. Mais bon, c'est une forme de "cryothérapie" qui, je l'espère, me soulagera les jambes.

1410286

Retour à la voiture avec ce soleil rasant les crêtes des gorges.

1410292

Sur la route, nous laissons derrière nous les curiosités locales préhistoriques que sont le site à empreintes de pas d’oiseaux et le site de l'Ichtyosaure de La Robine que j'aimerais découvrir un jour avec les enfants, mais nous faisons tout de même une courte pause à la dalle aux ammonites située en bord de route :

1410293

Impressionnant !

1410294

Mais voilà, cette fois-ci il est temps de rentrer chez nous car il nous reste à l'un comme à l'autre une bonne heure de route. Et après avoir passé une aussi belle journée, on se promet de remettre ça l'année prochaine. Avis aux amateurs qui passeraient dans la région !

Côté randonnue, nous avons parcouru tranquillement presque 17km avec 1000m de dénivelée en un peu moins de 7h00 dont presque 6h30 nu.


Randonnue Préalpes de Digne

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Christophe
    • 1. Christophe Le 15/08/2017
    Des paysages fabuleux ! Et personne ! Cela donne l'impression que vous êtes à l'autre bout du monde.
    Intéressante, la dernière photo des fossiles.
    Christophe
    Bonjour Christophe,
    Effectivement, on a cette chance dans les Hautes et les Basses Alpes de pouvoir trouver bon nombre de sentiers peu, voire pas du tout, fréquentés.
    Et si les fossiles t'intéressent, les vallées du Bès et de la Bléone disposent de quelques spécimens célèbres dans la région.
    Franck
  • DEMOMPION Olivier
    • 2. DEMOMPION Olivier Le 14/08/2017
    Bonjour
    C'est toujours avec plaisir que je lis tes résumés de randos.
    La brèche du sommet des Monges, en elle même, rappelle un peu la brèche qui se trouve à Gavarnie.
    Quelle chance cette randonue ! Aujourd'hui je suis allé faire un portage de nourriture pour des copains qui partent faire la traversée des Pyrénées (HRP) et impossible de se mettre nu tellement il y avait de monde sur le chemin (Ah les vacances!!), short obligatoire. Partie remise.
    Amicalement,
    Olivier
    Bonjour Olivier,
    Bien qu'elle paraisse nettement moins impressionnante que la célèbre brèche de Roland, je serais bien curieux d'aller la voir de plus près cette brèche des Monges sur laquelle je ne trouve pratiquement aucune information. Et si un jour tu cherches des sentiers propices à la randonnue, même en été, les départements 04 et 05 en ont quelques-uns, comme tu peux le voir.
    Franck

Bonjour,

Ce site traite de naturisme, conformément à la définition donnée par la Fédération Française de Naturisme (FFN) : "Le Naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun, qui a pour conséquence de favoriser le respect de soi-même, le respect d’autrui et celui de l’environnement".

L'éthique naturiste doit y être respectée. Merci d'en tenir compte dans vos propos.

Bonne visite.